30/10/2018 Article La Provence : "Les plantes pour ralentir les maladies neurodégénératives."

Les plantes pour ralentir les maladies neurodégénératives.
Les recherches de la start-up gardannaise Neuro-Sys se concrétisent.

Charcot, Alzheimer, Parkinson, les maladies neurodégénératives sont nombreuses et d’une dureté effroyable. A Gardanne, la start-up Neuro-Sys a déjà déposé trois brevets (deux sur Alzheimer et un sur Parkinson) et deux autres sont en cours d’élaboration. Leur unique objectif est de limiter le déclin annoncé du patient. Leur moyen d’action se concentre dans les plantes. La nature a des bienfaits sous-estimés dans la société moderne. Ainsi Neuro-Sys travaille avec l’institut de développement Vietnam Pacifique (IDVP).

"L’Asie du Sud-Est a un recul sur La médecine traditionnelle. II y a beaucoup de transmissions du savoir ainsi que des plantes endémiques. Là-bas, une plante soigne un symptôme. C’est beaucoup plus simple pour extraire une molécule et travailler dessus. Contrairement aux plantes médicinales traditionnelles qui soignent un état avec parfois plusieurs symptômes. Ça reviendrait à chercher une aiguille dans une botte de foin", explique le président cofondateur Yann Jaudouin, lassé du milieu bancaire matérialiste dans lequel il évoluait. "Je suis le seul non-scientifique du groupe", sourit-il.
Ils n’étaient que trois à la création de la société en 2013. Aujourd’hui, Neuro-Sys compte douze scientifiques salariés. L’an prochain, huit recrutements sont envisagés. Apres avoir reçu le soutien de l’agence nationale pour la recherche, la Région et pays d’ Aix développement, l’entreprise utilise ces financements à bon escient avec l’agrandissement du laboratoire.

Un essai très prometteur
Grâce à l’institut, Neuro-Sys dispose d’un catalogue de 3700 plantes médicinales vietnamiennes utilisées de manière empirique. "Aujourd’hui sur le marché, ils utilisent des molécules synthétiques. Ici, nous extrayons, sans aucun solvant, des molécules naturelles de plantes et d’éponges marines. Apres on réalise des cultures cellulaires in vitro dans lesquelles on induit les souches de la maladie pour faire des tests."
Dans le laboratoire, 14 programmes sont analysés en parallèle. 14 plantes sélectionnées avec minutie selon les effets empiriques constatés afin de prendre le moins de temps et d’argent possible.
Actuellement un essai clinique est en cours sur Parkinson. "C’est très efficace et prometteur. Sur 150 patients depuis trois ans, il y a zéro effet secondaire. Ce complément alimentaire reste naturel, sans aucun ajout de médicament. Il ne soignera pas mais peut ralentir considérablement le déclin."
La mise sur le marche ne devrait pas tarder et pourrait révolutionner le quotidien des patients parkinsoniens.

Un savoir-faire unique
En parallèle de ses activités, Neuro-Sys propose ses services aux groupes pharmaceutiques en mettant à disposition leur savoir-faire. Elle travaille également avec les universités. Et a ouvert une antenne à Boston. "Il faut être sur place car là-bas, c’est ’America First’. Boston est la première ville des biotechnologies au monde, toutes les universités gravitent autour. Avoir une présence aux Etats-Unis est un gage de crédibilité."
Mais Neuro-Sys, qui va de découverte en brevet, a su faire ses preuves. Le monde entier vient aujourd’hui à Gardanne pour faire appel à leur technicité, "On les accompagne dans leur projet jusqu’à l’essai clinique. Il y a une véritable demande du marché international. On participe à des conférences partout dans le monde. Notre protocole et notre modèle in vitro deviennent les plus perfectionnés au monde." Et les bénéfices deviennent bien plus humains que financiers.
Laure GARETA

Download the article